Les potagers urbains gagnent du terrain
(Journal télévisé de TF1 - 26/03/2014)

Exercice 1
Partout dans les villes les potagers gagnent du terrain, jusque dans le cœur de Paris.
Cultiver ses propres légumes est une activité qui attire de plus en plus de citadins.
Dernière tendance: l'aménagement de potagers sur les toits d'immeubles.
Parmi tous les avantages de ces potagers suspendus entre ciel et terre, lequel n'est pas cité dans le reportage?
Vous trouverez des explications en cliquant sur ou .
Vous pouvez voir la transcription après avoir fait l'exercice 2.








Exercice 2

Exercice 2
Regardez encore une fois. Les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses?
Cliquez sur ou pour voir pourquoi une phrase est vraie ou fausse.
Vous pouvez cliquer ici pour voir la transcription.


Exercice 1

Dictionnaire CNRTL:
Cet avantage est bel et bien cité dans le reportage.
...contrairement aux idées reçues ces cultures ne souffrent d'aucune pollution. [...] Jardiner est une activité physique de plein air qui permet de manger sain...
Cet avantage aussi est cité dans le reportage.
Les experts estiment pouvoir ainsi augmenter les espaces verts parisiens de sept hectares d'ici 2020.
C'est ce qu'on nous dit dans le reportage.
Depuis deux ans, ces 600 m² de cultures potagères [...] contribuent à la baisse du taux de gaz carbonique.
C'est ce qu'on dit dans le reportage.
Depuis deux ans, ces 600 m² de cultures potagères [...] permettent le recyclage de déchets..
C'est ce qu'on dit dans le reportage.
Jardiner est une activité physique de plein air qui permet [...] d'alléger le budget..
Cela ne fait pas de doute, mais on ne le dit pas explicitement dans le reportage. Donc il fallait efectivement cocher cette phrase-ci.
En effet:
Ce potager expérimental est le fruit des travaux des professeurs, des élèves, mais aussi de scientifiques. [...] Dans Paris une dizaine d'expériences existent déjà.
Vrai:
...toutes les particules qui contiennent des métaux lourds qui sont très polluantes, elles restent plutôt très près du sol parce qu'elles sont lourdes.
Non, les arbres sont seulement mentionnés dans le contexte de l'élagage, l'opération qui consiste à couper les branches superflues. Par ailleurs un tel projet semble peu réaliste, vu l'épaisseur de terre que nécessitent les arbres pour y plonger leurs racines.
À en croire le reportage elles semblent effectivement en recul:
Fini les carrés de pelouses et les bacs à géraniums, place aux toitures potagères.
C'est le contraire bien sûr:
...si c'est prévu dès le début, c'est beaucoup plus facile, le surcoût est très faible. Alors que si on s'y prend au dernier moment et on essaie de réhabiliter de l'ancien, souvent c'est beaucoup plus compliqué d'installer un potager.
C'est exact:
On travaille avec beaucoup d'architectes pour anticiper ça [...] anticiper ces potagers dès la construction d'un immeuble.
confidentialité
Confidentialité