Lycéenne et bénévole auprès des sans-abri
(Journal télévisé de TF1 - 21/01/2014)

Exercice 1
Ce reportage nous montre une lycéenne de 15 ans qui participe à des maraudes de nuit, c'est-à-dire des tournées qui sont organisées pour venir en aide aux sans-abri.
Ces gens, qu'on appelle aussi des SDF (sans domicile fixe), vivent dans la rue parce qu'ils ne disposent pas de logement.
Or, le principal n'est pas l'aide matérielle qu'apportent ces équipes mobiles.
Qu'est-ce qui, dans ces maraudes, est alors le plus important pour les sans-abri? Vous pouvez voir la transcription après l'exercice 2.


Exercice 2

Exercice 2
La confrontation avec les conditions de vie difficiles des sans-abri est une expérience enrichissante sur le plan humain, pas seulement pour Élodie, la lycéenne, mais aussi pour tous ceux qui sont directement ou indirectement touchés par ce phénomène.
Attribuez à chaque personne la leçon de vie qu'elle tire de ces missions de secours que sont les maraudes.
Faites les combinaisons correctes en cliquant à gauche et après à droite
Après, vous pouvez cliquer ici pour voir la transcription.


Exercice 1Exercice 3

Exercice 3
Remplacez les mots en bleu par des synonymes du reportage.

Mais tout de suite, si vous avez de l'énergie à revendre, un peu de temps et l'envie d'aider votre prochain, ce reportage vous intéressera.
La France compte, je vous le disais, plus de 15 millions de bénévoles et parmi ces Français qui s'engagent avec générosité de plus en plus de jeunes.
Leur nombre a augmenté de 30 % en trois ans.
Frédérique Agnès et Régis Roiné ont rencontré à Lorient une lycéenne engagée et qui désire aider les autres .

Élodie est élève en seconde et depuis la rentrée, deux fois par mois, elle apporte son aide aux sans-abri.
Des maraudes de nuit, encadrées par des adultes.
Avant de nous emmener parcourir en tous sens les rues de Lorient, Élodie nous a reçus chez elle.
Elle nous raconte son désir de se sentir utile, d'aider les plus pauvres avec les armes d'une jeune fille de 15 ans.

Un peu de joie, oui, ça peut leur faire énormément de bien.
Et puis ça coûte rien de sourire et de rigoler avec eux, donc moi, je pense que c'est la première chose que je peux apporter
et puis un peu de soutien s'ils en ont besoin, de l'écoute aussi, c'est important.

Gaby a 45 ans, mais avec cette jeune fille une bonne entente est née et à son contact Élodie apprend à quel point la vie peut être dure parfois.

Si je mendie, c'est que voilà...
C'est l'un des derniers moyens de s'en sortir, quoi.

Quand on perd son travail qu'on perd tous ses amis et tout ça, ben, à la fin les économies sont tombées et c'est comme ça, ben, j'ai commencé à boire, à me droguer...

[...]

À chaque fois moi je prends une gifle, je ne sais pas, je pense que toi aussi, mais de voir les gens comme ça, c'est sûr, ça fait un peu un choc.

[...]

Apprendre aux jeunes à mesurer leur chance, à donner surtout sans forcément attendre en retour, c'était le but de Dominique
quand il a commencé ce projet il y a sept ans.

[...]

Sourires partagés et donc échangés.
Ce soir-là, Damien, à la rue depuis cinq ans, avait apporté des pantalons récupérés pour les plus pauvres que lui.


Exercice 2

Dictionnaire CNRTL:
confidentialité
Confidentialité